Saleté

de Robert Schneider
Mise en scène Kheireddine Lardjam et Cedric Veschembre

interprétation : Kheireddine Lardjam
Création février 2017

Coproduction

Compagnie El Ajouad - La compagnie Le Souffleur de verre - La Comédie de Saint Etienne - Théâtre Jean Vilar à Vitry sur Seine - l'Arc scène nationale-Le Creusot
Avec le soutien : du Conseil départemental de Saône et Loire. La Drac Bourgogne Franche-Comté soutient la Compagnie dans le cadre de l'aide aux projets.

Spectacle hors les murs/dans des lieux non équipés

Résumé

Sad est Irakien. Il a étudié la philosophie et la littérature. Il était si heureux de venir dans ce beau pays aux lacs vert foncés et aux montagnes bleutées... Il s'appelle Sad. Mais il pourrait s'appeler Ahmed, Hassan, Nabil, Ismaïl, Artan, Bahiyyih. Il sait qu'il n'a pas le droit de vivre là et de s'asseoir sur les jolis bancs publics. Il ne l'a pas mérité : il sait qui il est ! Il connaît son odeur, le grain grossier de sa peau, la noirceur de ses yeux... Et plus il regarde les hommes de quarante ans assis sur les bancs publics, plus sa culpabilité augmente. Sad, celui qu'on tutoie. Celui à qui on dit non, sans même le regarder. Celui que l'on prive de tout droit. Celui dont la fierté — cette insolente fierté ! — est continuellement bafouée... Sad, le sans-papier, vit la peur vissée au ventre... Il était si heureux de venir dans ce pays civilisé, cultivé, démocratique. Il l'aimait. Il en rêvait. Aujourd'hui, il ne rêve plus, car il connaît sa fin. Saleté, c'est une nuit avec Sad. Il dit ce qu'il entend, ce qu'il ressent mais qui ne s'exprime pas : le regard de l'autre sur la différence de peau, la différence d'habitudes et de comportement. Peu à peu, au fil de son écrit, il s'enflamme, se révolte et parle par la bouche de ceux qui le jugent et le rejettent.