De la salive comme oxygène

Visuel De la salive comme oxygèneDe Pauline Sales
mise en scène : Kheireddine Lardjam

Avec Philippe Baronnet

« Un jeune homme déboule dans une classe ». Voilà le point de départ du monologue imaginé par Pauline Sales. Conçu pour être joué dans une salle de classe, ce spectacle dure le temps d'un cours. Suivant un processus de création original, ce spectacle s'est construit sous le regard pluriel d'adolescents de Maurepas, de Vire et d'Oran en Algérie pour que s'invente cet espace de rencontre avec l'autre.

C'est l'histoire d'un garçon qui raconte des histoires. Qui a pris cette habitude à l'âge où la vie qu'on a paraît bien en dessous de la vie qu'on imagine, la vie qu'on porte en soi, ses possibles, ses devenirs. Cette vie à venir réduite par le regard, le jugement des adultes, des professeurs aux parents, qui prétendent que vivre c'est choisir, donc renoncer. A l'âge où il est hors de question de renoncer à quoi que ce soit, où l'on veut tout embrasser, tout saisir et refuser le sens des réalités. Quelle réalité ? Qui en veut de la réalité ? Chacun a besoin de trouver un sens à ce qu'il vit. D'une certaine façon, chacun se raconte son histoire. Peut-être faut-il se la raconter pour pouvoir la vivre ? Et pourtant vivre, ce n'est pas seulement se raconter une histoire. Le jeune homme de cette histoire n'a pas vraiment trouvé une autre manière pour se sentir vivant. Pauline Sales

Coproduction : Théâtre de Sartrouville et des Yvelines–CDN, Le Préau-CDR de Basse-Normandie–Vire, la Cie El Ajouad et la participation artistique de l'ENSATT, avec l'aide de Culturesfrance, de la Région Ile-de-France et l'aide à l'écriture de l'association Beaumarchais–SACD
Texte aux éditions Les Solitaires intempestifs