Projet

Réflexions sur trois ans (2018-2019-2020)

par Kheireddine Lardjam

 

 

 

 illust.ⓒAtelier des Italiens

Après les attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan, les  questions autour de la diversité, de l’identité, des origines, de l’immigration et de l’intégration, se sont retrouvées maladroitement liées aux drames que nous avons traversés. J'ai été invité à de nombreux débats (Télérama à Avignon, à la Colline, aux bouffes du nord). J'ai décliné ces invitations. Que dire de tout cela à ce moment là ? S'il doit y avoir un débat, ça doit être sur le plateau. Les intellectuels, historiens, sociologues ont fait leur part. La fiction doit se saisir de ces sujets.

J'ai pensé un projet sur trois ans suite à une année 2016 très riche en expériences pour la compagnie : jouer en milieu carcéral en Alsace en partenariat avec la Filature, dans des Centres Dramatiques Nationaux et des scènes nationales, jouer en milieu rural près de Montluçon dans des lycées agricoles, avec O-dieux en Bourgogne, dans les centres sociaux (Vitry-sur-Seine), maisons de quartier (en Saône-et-Loire), diffusion de petites formes et d'ateliers en milieu scolaire.

Dans toutes ces rencontres, les discussions étaient toujours traversées par ces questions : la religion, l'intégration, l'identité, le multiculturalisme... Mon identité franco-algérienne devenait politique malgré moi. Pour beaucoup de jeunes, ma présence en tant qu'artiste libérait la parole autour de ces sujets. D’autres m'attendaient à un endroit précis, comme s'ils cherchaient un porte-parole de leur maux. En étant parfois en désaccord avec eux, je les déstabilisais : comment celui qui me ressemble peut-il me contredire ?

Ces rencontres sont à l'origine d'un projet pour les trois ans à venir : passer par la fiction pour démultiplier les regards et les points de vue.

Au fond, les questions à se poser sont multiples : qu'est-ce que le multiculturalisme ? Que signifie avoir une double culture – et qu’en faire ? En quoi consiste cette richesse de la double appartenance ?  C'est quoi une société multiculturelle ?

Qui est Français ? Qu'est-ce qu'être Français ? Qui est pris pour un Français ? Qui ne l'est pas ? Il y a à mon sens une identité cosmopolite qui se doit d'être énoncée.

Quatre créations / un spectacle qui mélange amateurs et professionnels / un spectacle hors les murs / des projets d’actions culturelles

Saison 2018-2019

 

 

Désintégration

d'Ahmed Djouder / Kheireddine Lardjam

Avec Linda Chaib, Azeddine Benamara et Cédric Veschambre

 

 illust.ⓒMouad Aboulhana

Une voix tente de se faire entendre. Celle d'une génération, celle que l'on nomme 'issue de l'immigration'. Ils sont français, nés en France, mais un peu trop colorés pour être acceptés. D'un exotisme attachant lorsqu'ils offrent des gâteaux après l'Aïd, ce sont les mêmes que l'on regarde avec appréhension dans un wagon désert, le soir. Cette voix passe au crible tout ce qui les a construits, tout ce qui a généré ce tiraillement perpétuel, cette révolte sourde. Les tabous, les traditions, la pauvreté et l'humiliation s'ajoutent au regard de la France qui, forte de son passé colonial, leur voue un amour hypocrite. Une nation en laquelle ils placent cependant leurs espoirs, mais pour les voir aboutir, les mentalités doivent changer... 

Alors que l'immigration ne quitte plus le débat politique, Ahmed Djouder écrit un texte d'une force inouïe dans laquelle il dresse les carences de l' "intégration"

Téléchargement

Dossier complet - 1,5 Mo
Fiche technique - 162 Ko
Plan de feu - 49 Ko

Vidéo

Les prochaines dates

7 octobre 2018
au 27 novembre 2018
Les lundis et mardis à 19h15 - Les dimanches à 15h

Paris (75011)

Théâtre de Belleville

Toutes les dates

 

 

End/igné

de Mustapha Benfodil
Adaptation et Mise en scène Kheireddine Lardjam

Durée : 1h10

Comédien Azeddine BENAMARA
Scénographie Estelle GAUTIER
Création lumière Manu COTTIN
Création son Pascal BRENOT

« Affronter le feu plutôt que vivre en enfer. »

Moussa est l'unique préposé à la morgue de l'hôpital de Balbala. Il s'épanche avec cynisme et dérision sur les malheurs d'une jeunesse sans perspectives. Le jour où il reçoit le corps calciné de son ami Aziz, c'est à l'Algérie toute entière qu'il dédie son ironie rageuse, jusqu'à la fureur.

C'est par un suicide par le feu en Tunisie que les révolutions arabes ont commencé. Geste extrême d'une revendication sociale restée vaine qui se multiplie depuis dans tout le Maghreb, et bien au-delà. Quand Kheireddine Lardjam décide de donner la parole à ces hommes, il s'adresse à Mustapha Benfodil, auteur et reporter-journaliste au quotidien algérien El Watan et témoin de la recrudescence des immolations par le feu dans son pays.

« A travers ce texte, j'essaie d'aborder un sujet brûlant : celui des immolations qui ravagent le corps de dizaines de mes compatriotes. Je reste convaincu que le théâtre a aussi pour boulot de dire le monde. Reste à savoir avec quels mots. Pour ma part, j'ai fait le pari de l'intime, de l'humour,  du cynisme, de la dérision et de la poésie. »  Mustapha Benfodil

Production : Compagnie El Ajouad
Coproduction : l'ARC scène nationale Le Creusot, Conseil régional de Bourgogne, Département de Saône et Loire, Institut français en Algérie
Avec le soutien de : Scènes du Jura

 Téléchargement (pdf)

Dossier de présentation - 6,1 Mo
Dossier pédagogique - 1,4 Mo
Fiche technique - 21 Ko

Les prochaines dates

21 octobre 2018

Département Puy de Dôme

les Automnales
1 février 2019

Creil

La Faiencerie
6 mars 2019
au 17 mars 2019

Guyanne - 2 représentations

Théâtre Macouria scène conventionnée
21 mars 2019
au 22 mars 2019

Bischwiller (Alsace du Nord) - 3 représentations

MAC Relais culturel de Bischwiller
30 mars 2019

Argenton / Creuse

Association avant scène
3 avril 2019
au 04 avril 2019

Auxerre (89) - 2 représentations

Le Théâtre d'Auxerre– scène conventionnée
7 mai 2019

Couches (71)

Salle Jean Genet

Toutes les dates

O-Dieux

- EN TOURNÉE -

de Stefano Massini

Mise en scène Kheireddine Lardjam
Avec Marie-Cécile Ouakil

Création mars 2016 au Théâtre Jean Vilar à Vitry sur Seine

Production

Compagnie El Ajouad
Avec le soutien de : DRAC Bourgogne Franche-Comté, Institut Français, L'arc, Scène nationale Le Creusot, SPEDIDAM, ville Le Creusot

Traduction de Olivier Favier et Federica Martucci
Avec le soutien de la Maison Antoine Vitez et ayant reçu l'aide à la création du CNT.

Résumé

Sous le titre O-Dieux, le metteur en scène Kheireddine Lardjam porte sur les planches un texte inédit de Stefano Massini sur le conflit israélo-palestinien, vu à travers les yeux de trois femmes : Eden Golan, israélienne, professeure d'histoire juive appartenant à la gauche intellectuelle, Shirin Akhras, jeune étudiante palestinienne de Gaza, prête à tout pour s'enrôler comme kamikaze, et Mina Wilkinson, militaire américaine en mission en Israël. Dans une mise en scène et une scénographie qui font la part belle au jeu, une seule comédienne prête sa voix au théâtre-récit de Stefano Massini, incarnant ces trois destins parallèles qui finiront par se percuter dans une collision tragique. Scènes et situations s'enchaînent de manière fulgurante, faisant surgir un quotidien qui submerge les protagonistes, ballotées entre enthousiasme et désespoir, tolérance et haine. Un spectacle coup de poing qui nous immerge dans le fracas du Proche-Orient, au cœur d'un conflit intime et politique.

 

LA PRESSE : Avec O-dieux, Kheireddine Lardjam monte un texte sidérant (…). Il dessine la géographie intime et politique d’un conflit épicentrique. Sans dogme, avec coeur et intelligence. Marie-Cécile Ouakil épouse avec sensibilité les méandres de cette triple destinée. Elle passe d’une femme à l’autre par la grâce d’une étole, d’un regard, d’un timbre de voix (…). Rosa Moussaoui, L’Humanité - mars 2016